Carrière

Philippe de Moerloose

Philippe de Moerloose est un homme d’affaires et chef d’entreprise belge, né le 30 juin 1967 à Watermael- Boisfort en Belgique. Il est président-fondateur du Groupe SDA (aussi appelé SDA Group) et d’African Equities. Cette dernière entreprise est spécialisée dans la distribution de véhicules et de machines, et emploie plusieurs milliers de collaborateurs à l’international.

 

Après avoir grandi dans la province congolaise du Katanga, Philippe de Moerloose fonde DEMIMPEX à sa sortie de l’ICHEC Bruxelles en 1991, pour développer des activités d’import-export vers l’Afrique. DEMINPEX deviendra quelques années plus tard le Consortium SDA-SDAI, avant de prendre le nom de Groupe SDA (ou SDA Group). C’est aujourd’hui l’un des leaders de la distribution de véhicules, de machines et d’équipements sur le continent africain.

 

Philippe de Moerloose a ainsi développé en moins de 20 ans une entreprise présente dans plus de 30 pays avec 3 secteurs d’activités principaux : la distribution automobile, la distribution d’équipements de construction, de machines minières et forestières ainsi que la distribution de tracteurs agricoles. Principalement tourné vers l’Afrique, il a su saisir les opportunités que le continent pouvait offrir pour les transformer en un business exceptionnel et en créant de la valeur dans tous les pays où ses activités sont implantées.

Les premières années

Service, intuition, passion et travail sont peut-être les fondements de la réussite de Philippe de Moerloose. Et ce n’est pas un hasard tant ces trois éléments sont indissociables de l’Afrique où la coutume du don de soi à la communauté, la valeur de l’effort et l’incertitude du lendemain sont des éléments communs de la vie quotidienne.

 

Après avoir grandi dans la province congolaise du Katanga, Philippe de Moerloose fonde DEMIMPEX à sa sortie de l’ICHEC Bruxelles en 1991, pour développer des activités d’import-export vers l’Afrique. DEMINPEX deviendra quelques années plus tard le Consortium SDA-SDAI, avant de prendre le nom de Groupe SDA (ou SDA Group).

 

Entre les années 1990 et 2000, Philippe de Moerloose pose les bases du futur Groupe SDA en développant une activité commerciale florissante, puis en rachetant de nombreuses sociétés du secteur (VRP, Transco, ATC RDC, Sogerrwa, etc.). Ces acquisitions vont lui permettre d’élargir son champs d’activité mais surtout de travailler avec des équipes venues d’horizons divers. Cette mixité va permettre au groupe de continuer à évoluer et grandir, en obtenant la représentation en Afrique de nombreuses marques de premier ordre tels que Nissan, Audi, Mercedes, Volkswagen ou Ford mais aussi celle de constructeurs d’équipementiers comme John Deere, Hitachi, Volvo Construction Equipment et Volvo trucks.

 

« Plus que de simples rachats, il rachète un savoir–faire et crée un réseau inestimable qu’il développera afin d’optimiser les ventes et d’agrandir la structure pour offrir à ses clients le service qu’il estime leur devoir : le même que celui dont monsieur tout le monde bénéfice en Europe ».

 

Rapidement, Philippe de Moerloose fait du Groupe SDA une référence auprès d’une clientèle variée (compagnies minières, sociétés commerciales, sociétés de transport, gouvernements africains).

La progression et la diversification des activités

Fort de ses succès, Philippe de Moerloose cherche à poursuivre le développement d’un groupe qu’il a entièrement bâti, aux côtés de collaborateurs talentueux et expérimentés. Avec le temps, il se fait une spécialité de reprendre et redresser des entreprises en difficultés pour cause de mauvais management ou de manque de persévérance. Véritable coureur de fond sur le plan professionnel, ce n’est pas un hasard si Philippe de Moerloose pratique le marathon depuis des années. C’est ainsi qu’il a créé un pôle hôtelier et un pôle industriel en reprenant des actifs que d’autres n’avaient pas eu la force de rendre rentable.

 

Intuitif, Philippe de Moerloose comprend très vite la nécessite de donner une envergure internationale au Groupe SDA : il crée des bases logistiques à Dubaï et Anvers, ainsi qu’en Chine. Avec en toile de fond, une stratégie commerciale concentrée sur la qualité et la rapidité du service apporté à ses clients. S’implanter à l’étranger ne lui fait pas peur, Philippe de Moerloose le voit plutôt comme un moyen de se développer ou de s’adapter, tout en trouvant de nouveaux relais de croissance.

 

Comprendre les besoins des clients et y répondre, c’est l’objectif numéro 1 fixé par Philippe de Moerloose. Les marges étant peu élevées et la concurrence féroce, la force du Groupe SDA réside dans sa flexibilité et ses stocks importants de véhicules et machines. Alors que l’on est habituellement livré en deux ou trois mois en provenance des usines, le Groupe SDA a la capacité de livrer ses clients en quelques semaines. Une stratégie qui repose sur la disponibilité d’importants entrepôts, de véhicules, machines et de pièces de rechange. Le tout manœuvré par les meilleurs professionnels du secteur, pour offrir le meilleur service possible à des clients exigeants.

 

Aujourd’hui le Groupe SDA compte plusieurs milliers d’employés à travers le monde et affiche une croissance entre 15% et 20% par an lors des dix dernières années. Malgré ce succès, Philippe de Moerloose garde un goût prononcé pour les défis, le dépassement de soi et un attachement profond pour le continent africain. Il parle d’ailleurs couramment le swahili, une langue qu’il pratique régulièrement lors de ses multiples voyages et séjours dans la région où il a grandi.

La réalité du terrain

L’Afrique est un continent où les difficultés sont nombreuses, dans un secteur concurrentiel comme la distribution et la logistique internationales. Autre nécessité pour réussir : être patient et approcher les gens en comprenant leur culture, sans toutefois perdre sa propre personnalité. En la matière, Philippe de Moerloose s’est toujours appuyé sur son goût pour le travail, son optimisme et son humilité.

 

Philippe de Moerloose témoigne clairement à ce sujet : « Une image réductrice de l’Afrique, systématiquement montrée comme instable et dangereuse, est transmise par certains médias. L’Afrique est une zone de croissance extraordinaire avec des multiples opportunités dans tous les secteurs, notamment dans les infrastructures, l’agriculture ou les services. Une population jeune, pleine d’énergie et de talent qui ne demande qu’à bénéficier de soutiens bienveillant et de moyens matériels pour s’exprimer. C’est mon credo et ma conviction profonde. C’est pour cela que j’ai confiance et que j’investis. Le monde des affaires en Afrique change positivement et c’est aussi grâce à cela que nous pouvons nous exprimer pleinement. Les entreprises qui réussissent sont celles qui créent de la valeur pour le plus grand nombre, pas celles qui tentent de s’approprier le maximum de richesses ».

Une vision gagnante

Aujourd’hui, Philippe de Moerloose garde une certaine nostalgie de l’époque où il s’est lancé dans cette aventure, à la conquête du marché de la distribution en Afrique. C’est durant cette période qu’il a acquis ce talent devenu l’autre gage de réussite du Groupe SDA et d’African Equities : sa capacité à savoir s’entourer d’équipes diverses, talentueuses et expérimentées.

 

Quoi de plus naturel, dès lors, que les résultats s’enchaînent de la sorte. Car les femmes et les hommes qui ont bâti ce groupe sont ceux qui ont acquis, avec lui, les qualités de vision, de stratégie et de persévérance nécessaires à son émergence. Peu d’hommes arrivent à transmettre leurs qualités à leurs équipes, mais ceux qui y parviennent en tirent sans doute plus de rétribution que tous les dividendes du monde peuvent offrir.

 

Dans une époque où les entreprises d’import-export ou les holdings financières sont souvent décriées du fait de leur leurs courtes vues opérationnelles, Philippe de Moerloose réussi à prouver qu’il est encore possible de concilier objectifs financiers sur le moyen terme et objectifs industriels sur le long terme. Mais aussi qu’il est possible de réussir en Afrique, dans plusieurs pays en même temps.

 

Un exemple de modèle entrepreneurial qui lui a valu plusieurs portraits flatteurs, dans la presse spécialisée :